La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 novembre 2005

Âgée d’une trentaine d’années et aujourd’hui rajeunie par l’arrivée de quelques trublions du collectif Ambiances Magnétiques (Jean Derome, Guido Del Fabbro, Normand Guilbeault), la Fanfare Pourpour n’a de fanfare que le nom. C’est en vérité un orchestre souvent redoutable, qui, s’il garde la nostalgie des valses d’antan, s’est ouvert à des sonorités et textures sans doute très éloignées de l’esthétique originale. Les bibelots sonores de Mademoiselle Rose, les traînées felliniennes de Gelsomina, les strates klezmer de La noce du brigand, le swing surréaliste de Coucou sont quelques-unes des belles réjouissances de ce disque. Rien de révolutionnaire ici mais à l’heure où fleurissent en France pléthore de fanfares (le plus souvent sans grande imagination), réjouissons-nous de la découverte de cette iconoclaste consœur québécoise.

… un orchestre souvent redoutable, qui, s’il garde la nostalgie des valses d’antan, s’est ouvert à des sonorités et textures très éloignées…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.