La boutique des nouvelles musiques

Critique

Julien Jaffré, Revue & Corrigée, no 65, 1 septembre 2005

La trilogie marathon (trois albums en moins d’une année) entamée par le duo de platinistes Tétreault/Yoshihide s’achève comme toute séparation amicale devrait se clore: dans un puissant et vivace éclat de rire: un «Ahh» jeté à la face du vent et qui charge dans son cortège les exhalaisons de leurs précédants albums.

Érigé et conditionné par le biais des mêmes instruments que sur les deux précédents numéros, ce «Ahh» argue pourtant avec une plus grande sérénité vers des contrées atmosphériques calmes et apaisées. Après le bruit («Grrr») et la déstructuration («Tok»), voici venu l’avènement de la création, ou tout du moins de l’apaisement.

Leur pratique de tri sonore (les lives ayant été donnés en différents lieux et à divers moments) au long de ce triptyque sonore donne un relief insoupçonné à la dualité de leur ménage, une carte rare de toutes les émotions et sensations que peuvent porter des instruments comme les platines détournée de leur usage classique.

Libre à chacun, ensuite dans un jeu de puzzle complexe de retracer la trame et la disposition originale des concerts, que ce soit par le biais géographique ou temporel.

Une étude intelligente et passionnante.

Une étude intelligente et passionnante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.