La boutique des nouvelles musiques

Critique

Roald Baudoux, Les Cahiers de l’ACME, no 224, 17 septembre 2005

Si vous doutiez de ce que des platines tourne-disques sont des instruments de musique à part entière, Martin Tétreault et Otomo Yoshihide vous convaincront du contraire. Cette trilogie contient des enregistrements de concerts donnés par le duo en Europe en 2003. Les platines ne sont pas vraiment là pour nous restituer les sons d’enregistrements sur microsillons, mais plutôt les sons des microsillons eux-mêmes, ainsi que ceux des platines éventuellement couplées à d’autres corps sonores, le tout passé au travers d’un dispositif de traitement «lo-fi» (pédales, etc.). Craquements, bruits de surface, rayures et dérapages d’aiguilles, tels sont quelques-uns des ingrédients qui composent cette mixture, le tout avec une distorsion immodérée. Sur le premier disque, 1. Grrr, l’univers sonore évoque des appareils électriques qui dysfonctionneraient en permanence sans, pour autant, jamais se résoudre à réellement tomber en panne, soit une sorte d’agonie infinie d’un couple de mange-disques qui aurait consommé des substances illicites sans modération. On est dans le registre des événements brefs mais répétés. Le second volume, 2. Tok, est bardé de sons itératifs qui rappellent des machines en mouvement, mais on y trouve aussi divers craquements, petits et gros. Ce disque est traversé de sons distordus, de corpuscules bruiteux divers développant un ensemble très fragmenté et saturé. La trilogie est clôturée par 3. Ahhh. On peut considérer que le titre reproduit le cri de soulagement poussé par l’auditeur à la suite de l’exposition prolongée aux sons harmoniquement chargés des deux premiers opuscules (et d’ailleurs le mot «harmonique» est étranger à cet univers). On se retrouve essentiellement dans des textures moins denses, moins torturées, avec des continuums parsemés de craquements ou des passages presque statiques. Pour conclure, on peut dire que si l’utilisation des sons créés par de platines tourne —disques en création musicale n’est pas une nouveauté, rarement cette utilisation aura été aussi poussée et concentrée, à l’exclusion de tout autre instrument ou catégorie de sons.

Si vous doutiez de ce que des platines tourne-disques sont des instruments de musique à part entière, Martin Tétreault et Otomo Yoshihide vous convaincront du contraire.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.