La boutique des nouvelles musiques

Steak Frith

Réjean Beaucage, Voir, no 6:10, 12 décembre 2002

Improvisateur, compositeur et aujourd’hui professeur, le Britannique Fred Frith est une figure incontournable de la musique actuelle depuis trois décennies. Il débarque chez nous avec une toute nouvelle parution bien québécoise, enregistrée en compagnie de musiciens d’ici pour le compte de l’étiquette Ambiances Magnétiques.

Fred Frith est certainement l’un des musiciens les mieux connus de la scène de la musique actuelle. A travers des dizaines de collaborations avec la crème des improvisateurs et des artistes parmi les plus créatifs, il a élaboré une impressionnante discographie où Henry Cow, Art Bears, Skeleton Crew et Massacre côtoient Étron Fou Leloublanc, The Residents et John Zorn, entre beaucoup d’autres. Il sera à Montréal ce vendredi 13 pour le lancement du disque All is bright but it is not day; qu’il a enregistré avec Jean Derome, Plerre Tanguay et le préneur de son Myles Boilsen. Le disque paraot chez Ambiances Magnétiques (voir chronique Disques).

Je l’ai joint à son bureau de Mills College, à Oakland en Californie, où il enseigne la composition, la littérature musicale du 2Oe siècle («et du 21e!») et les techniques d’improvisation. Vraiment, la musique actuelle mène à tout! Mills College est un peu le centre du courant expérimental en musique moderne, explique-t-il. Il y avait Lou Harrison et John Cage dans les années 50, Steve Reich aussi un peu plus tard, et au poste que j’occupe, mon predécesseur était Anthony Braxton, et le sien, terry Riley.» Le moins qu’on puisse dire est que Frith est en bonne compagnie sur cette liste. Parmi ses fonctions, ii dirige le Contemporary Music ensemble de Mills, qui compte 25 musiciens auxquels il apprend ies vertus respectives des musiques écrite et improvisée. «Et tout ce qu’il y a entre les deux, ajoute le guitariste. Parce qu’à mon avis, des deux côtés il y a un mouvement vers un terrain commun. Les musiciens de formation classique veulent de plus en plus connaître l’improvisation parce que c’est de plus en plus fréquemment demandé dans le répertoire contemporain. Ça ne se voit pas encore beaucoup dans les salles de concert, mais la prochaine génération le verra davantage. Et ceux qui sont plutôt dans l’électronique et la récupération ont aussi intérêt à pouvoir traduire leur pensée dans plusieurs contextes musicaux, parce que s’il y a une chose qui est sûre, c’est que pour survivre dans le monde de la musique, il est préférable de ne pas être trop specialisé! Moi, par exemple, je suis performer, compositeur de musiques de concert et de musiques de film, professeur, etc. Ça me permet une vie confortable, parce que je ne voudrais pas avoir à me débattre uniquement avec la compétition féroce qui existe dans le monde des musiques de film, par exemple, mais, aussi, chacune de mes activites informe les autres et les enrichit.»

On ne reprochera pas à Fred Frith de se confiner dans un seul univers, c’est certain. Son emploi à Mills College ne l’empêche pas de donner régulièrement plusieurs concerts par mois un peu partout en Amérique et en Europe, en solo ou avec les formations les plus diverses. «Mais ça a toujours été comme ça, enchaîne-t-il. En 1974, j’étais avec Henry Cow, je faisais un disque solo de musique improvisée et j’étais soliste au London Philharmonic Orchestra. Ce n’est probablement pas très différent de l’agenda de Jean Derome ou René Lussier. Je crois que j’ai beaucoup d’affinités avec ces deux-là; on s’intéresse à plein de choses différentes et ce n’est pas par obligation, mais par choix.»

Le plus récent disque laisse une grande place au preneur de son Myles Boisen, qui agissait avec les trois autres improvisateurs comme un quatrième musicien, mélangeant les pistes et sélectionnant ies effets pour un mixage définitif sur deux pistes. Frith a ensuite repris l’enregistrement pour le recomposer (sans pour autant le remixer). «Je pense, depuis le premier moment où je suis entré en ,studio avec Henry Cow au début des années 70, que 1’enregistrement est la grande révolution musicale du 20e siècle. Ça a changé la musique pour toujours. Je pense aussi que faire un disque d’improvisation pure est un acte un peu contradictoire, qui dénature autant l’improvisation, vivante par nature, que l’enregistrement, qui est fixe, comme une composition écrite. Si on ne tient pas compte de cette spécificité de l’enregistrement, on renie le médium même. Je m’intéresse de plus en plus à l’utilisation de l’improvisation comme base de la composition.»

Lors du concert du 13, c’est Bernard Grenon qui prendra la relève de Myles Boisen pour un «mixage extrême» du trio Frith-Derome-Tanguay. Si vous n’y avez jamais réfléchi, vous comprendrez très bien tout le pouvoir qu’a entre les mains le type un peu effacé assis derrière la console dans le fond de la salle… Je demande à Frith quel genre de consignes se donne le trio avant de se lancer dans une improvisation: «Des consignes? Avec des musiciens comme Jean et Pierre, on n’a pas besoin de consignes, ce sont des maitres.» Vous en êtes un autre, professeur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.