La boutique des nouvelles musiques

Critique

Julien Jaffré, Revue & Corrigée, no 64, 6 juin 2005

Second volet d’une trilogie annoncée, 2. Tok est une membrane composite, agrégations de multiples concerts donnés en divers coins de l’Europe (Suisse, France, Hollande), et qui sous couvert d’un agencement rigoureux et d’une fine relecture a posteriori s’offre à notre écoute.

En premier lieu, souligner les points d’accords et d’achoppements qui définissent cette seconde étape au regard de la première.

Il semble que les 2 platinistes aient pris le parti de prodiguer des sensations/perceptions réparties selon une gamme échelonnée d’impressions, depuis la quiétude, la relaxation jusqu’à l’atermoiement, la douleur ou la curiosité. Si 1. Grrr s’attachait plus particulièrement à souligner les déchirures de syntaxes musicales, les conflits, frottements, et zones de tensions, 2. Tok semble principalement orienté sur une visée négocicée, discutée, et disons-le plus abstraite de l’improvisation.

2. Tok semble débuter là où s’achève 1. Grrr. Les volutes sonores cisaillees, fragmentées redécouvrent peu à peu les vertus du silence, laissant œuvrer en arrière-plan, variations et oscillations spontancées des tourne-disques.

Les deux hommes s’apprécient et se connaissent bien. À tel point que l’intuition et la complicité semblent avoir remplacé la part d’improvisation et de découverte pure qui gouvernait jadis leurs productions. La tension et l’étonnement sont pourtant tactils, dans les bourdonnements incessants des fréquences basses électro-minimales de Yoshihide ou par le biais des aiguilles, diamants et surfaces préparées du canadien Tétreault.

Un album de trés bonne tenue, une transition heureuse dans l’attente prochaine du troisième et dernier volet du triptyque, 3. Ahhh.

Un album de trés bonne tenue, une transition heureuse dans l’attente prochaine du troisième et dernier volet du triptyque…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.