La boutique des nouvelles musiques

Chansons sans pitié

Dominique Denis, L’Express, 18 janvier 2005

La notice biographique nous présente Paul Grégoire comme un «sculpteur, performeur et musicien» qui occupe la scène artistique québécoise depuis le début des années 70. À l’écoute de Douleur sourde (Ambiances magnétiques/SRI), son premier CD, on aurait pu ajouter «poète, chanteur country, crooner impénitent et saboteur de repères familiers».

Je serais presque tenté d’inscrire «humoriste» au bas de la liste, vu l’esprit tordu-et tordant-qui habite ces détournements de monuments, transformant Only You en Ti-Minou et Blue Monn en… Moumoune, selon un procédé d’adaptation aussi libre que grivois qui sévit dans toutes les cours de récréation dignes du nom.

Mais pour emprunter la devise d’une ancienne revue satirique, ce n’est pas parce qu’on rit que c’est drôle. Comme tous les gratteurs de bobos, Grégoire ne se fait pas saigner pour nous choquer ou nous divertir, mais bien pour rendre visible-et audible-sa douleur sourde.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.