actuellecd

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005

Mélanie Auclair dont les notes de pochettes indiquent un parcours périlleux (c’est quoi, un parcours périlleux?) est le genre de musicienne dont la sensibilité, palpable de la première à la derniére note de ce disque, n’a d’autre choix que de nous toucher, totalement, corps et âme. Il y a une timidité dans le chant de la violoncelliste chanteuse, un désir de s’extraire du tonitruant (voir comme elle adoucit les débordements de Charles Papasoff, Joane Hétu et Bernard Falaise) et de laisser s’étirer l’improvisation. Par petites touches, se nourrissant de l’écoute de l’autre, croisant parfois une autre timidité (le très beau duo avec le contrebassiste Éric Auclair), anticipant l’instant, la voix-appel de Mélanie Auclair envoûte et s’invite en douces lamentations. Une voix singulière, dépouillée et bouleversante. Ça valait peut-être le coup de passer par un parcours périlleux.

Mélanie Auclair envoûte et s’invite en douces lamentations.