La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 111, 1 janvier 2005

L’angoisse de la chambre d’hôtel: la nervosité d’avant concert, la solitude de l’après concert. No man’s land insupportable. Angoisse sourde et sournoise. Exorcisant cette zone-panique redoutée par la plupart des musicieii(nes), Guido Del Fabbro y a composé, arrangé, improvisé et orchestré quelques dix-neuf courtes pièces à l’illogisme magnifique. Del Fabbro joue du violon, de la guitare, de la mandoliiie, de la flûte, de l’orgue de danse sociale (?), de l’harmonica et s’amuse à détourner les divers objets éparpillés dans les sempitenielles chambres d’hôtels du monde entier (cafetière, téléphone, verre, eau… ). Musicalement, Del Fabbro brouille les pistes: grésillements souterrains, gribouillages aquatiques, essaim de cordes, beats enchevêtrés, balayages stridents, guitare reggae, violon rassurant; autant de petites symphonies bancales et insaisissables. C’est le maître d’hôtel qui va être content.

… autant de petites symphonies bancales et insaisissables.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.