La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes! — Jusqu’à 50% de rabais sur 142 titres Jusqu’au 7 janvier 2020 — Cliquez pour voir

Les Poules de DAME

Simon Vézina, CHOQ, 15 juillet 2003

Jeudi soir dernier, le trio féminin les Poules se réunissait à la Casa del Popolo pour le lancement d’un nouvel enregistrement: Prairie Orange. Voilà un second disque pour elles qui déphase de leur premier réalisé 15 années auparavant. Peut-être l’ignoriez-vous? Les Poules ne font plus dans la chanson. Je suis assis dans le sofa rétro de la Casa del Popolo. J’observe les murs de granges, les vieux tuyaux, le plafond imparfaitement parfait et l’éclairage de salon. Quels fabuleux contrastes avec le théâtre moderne, néonisé, et d’apparence cartésienne qui lui fait face. Je me considère chanceux d’être dans un endroit aussi sain et Saint que la Casa del Popolo. Je dis bien Saint car c’est en ses lieux que les Poules ressusciteront après 15 années. Plus que quelques minutes encore et ça y est… les Poules, Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger, montent sur le surélevé. Ce trio nous présente alors leur nouvel album en donnant une prestation dans l’intimité du lieu. Les membres du trio sont toutes très reconnus dans l’univers de la musique actuelle montréalaise. Ses femmes nous ont offert une solide performance à la hauteur de leur réputation. Les poules nous font traverser Prairie Orange d’un seul élan. Le paysage sonore se compose de sons électroniques et acoustiques, de crépitements, de bruissements et de jeux buccaux. Avec un saxophone, un drum et un échantillonneur, les matériaux n’impressionnent pas. Par contre, ces trois femmes-là savent au moins quoi en faire. Wow! J’oublie que Joane se joue dans la bouche pour produire ses sons et me voilà transcendé. Les Iktus de Diane ouvre la marche vers un climax sonore surréaliste. Le jeu de Danielle aux percussions teint les décors et modère la progression. Les commentaires au saxe de Joane donnent parfois dans l’humour, mais sont de bon goût. Le tout se retrouve sur un autre excellent disque de l’étiquette DAME.

Les poules ne font plus dans la chanson. À en juger par le nombre de gens sortant avant même la moitié de la prestation, cela a probablement déplu à plusieurs. Un fan possible de leur premier album est demeuré lui jusqu’à la fin et a risqué de demander en rappel la Ballade du pain. La demande fut ignorée. Par contre, le touriste belge de ma droite et les trois suffragettes de ma gauche semblaient eux comblés de bonheur. Moi de même par ailleurs.

Merci aux Poules pour cette soirée unique et fabuleuse.

Ses femmes nous ont offert une solide performance à la hauteur de leur réputation. Les poules nous font traverser Prairie Orange d’un seul élan.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.