La boutique des nouvelles musiques

Critique

Éric Norman, JazzoSphère, 1 janvier 2000

L’improvisateur se doit de se le demander: qui joue? Est-ce moi qui joue de cet instrument ou cet instrument qui se joue de moi? Est-ce moi qui contrôle le bruit ou le bruit qui me contrôle? Il existe, selon Derek Bailey, deux types d’improvisateurs: ceux qui jouent contre l’instrument et ceux qui jouent avec l’instrument. Le premier type est celui pour qui l’instrument n’est qu’un médium imparfait qu’il doit faire disparaître (dépendant aussi de la technique) pour exprimer des idées musicales. Pour le second type d’improvisateur, c’est justement l’imperfection, le parasite amené par l’instrument qui est l’intérêt; son jeu se construit alors autour des textures et des déliés que lui impose son outil et qui l’entraînent dans la recherche proto-mélodique d’une musique que certain taxeront de primitive. Dans ce contexte, la texture devient de première importance comme étant le rythme corporel de l’instrument qui entraîne le musicien dans une danse où il ne sera pas la vedette et où la virtuosité (telle qu’on l’entend habituellement) n’a pas sa place. Le duo Lee Pui Ming/Joane Hétu pousse cette voie à un certain extrême - aux confins du primitivisme si on tient à parler ce langage - car les instruments sont ici les corps entiers de ces deux ardentes improvisatrices. La voix sèche et narrative de Ming se mêle aux triturations rythmico-vocales d’Hétu: les corps comme percussions, les objets, le piano préparé, tout y est pour nous faire oublier qu’il s’agit d’un duo entre une pianiste et une saxophoniste, et ça nous fait plaisir. C’est plein de fureur et d’invention et ce n’est jamais gratuit. Voilà deux musiciennes qui, loin de l’ego trip du soliste, s’abandonnent entièrement à cette musique: cette musique, c’est elles.

C’est plein de fureur et d’invention…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.