actuellecd

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 61, 4 septembre 2004

Découverte dans La douleur in Sang9, il y a quelques mois, Mélanie Auclair (violoncelle et chant) fait désormais l’objet d’un album en entier. Comme dans la pièce issue de la compilation Dame, elle s’y exprime surtout dans le cadre de petites structures, une série de duos (avec un contrebassiste, un percussionniste, un saxophoniste, un clavier, une guitare) et un trio (contrebasse et shakuhacbi), mise à part la première pièce, en soliste. Créatrice à l’aise dans l’improvisation (même sur le plan vocal avec Joane Hétu) quoique aussi familière d’autres genres musicaux, elle multiplie ainsi les textures et les sonorités de son instrument, faisant preuve d’une habilité dans ses expérimentations. Toutefois les huit pièces du recueil, simplement symbolisées par une iconographie stylisée d’essence naturaliste apparaissent souvent à l’auditeur comme des études, des exercices dans lesquelles manque un peu de spontanéité, de vie, de sorte que l’auditeur n’y adhère pas pleinement.

… elle multiplie ainsi les textures et les sonorités de son instrument, faisant preuve d’une habilité dans ses expérimentations.