actuellecd

Critique

Réjean Beaucage, Voir, no 740, 29 juillet 2004

Le seul fait qu’elle ait frotté les cordes de son violoncelle dans des projets avec Lhasa de Sela, Martin Léon ou Mario Pelchat et que ses cordes vocales aient secondé la voix de Steve Hill prouve déjà que Mélanie Auclair a une palette stylistique assez éclectique. Son prernier effort solo creuse cette veine en proposant six improvisations en duo (et un trio) qui sont autant de «rencontres» avec différents musiciens: claviériste, percussionniste chanteur, etc. Les rencontres semblent souvent rester au niveau du premier contact, chacun demeurant assez réservé, mais certains moments valent le détour: entre autres, le duo avec le guitariste Bernard Falaise ressort vraiment du lot. Le sax baryton Charles Papasoff et le contrebassiste Éric Auclair offrent également de grandes collaborations.

Mélanie Auclair a une palette stylistique assez éclectique.