La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004

Pendant ses vingt premières années d’existence, le collectif éditait principalement les réalisations de ses membres, à la rigueur celles de certains de leurs collaborateurs occasionnels. Ce n’est qu’au tournant du millénalre que peu à peu Ambiances Magnétiques décida d’ouvrir son catalogue à de nouvelles entités. C’est ainsi que l’auditeur découvrit peu à peu des musiciens tels que Mirko Sabatini, Bull/Heikalo, des formations comme Zucchini, certains déjà présents sur d’autres labels peu distribués (Sylvie Chénard, Lee Pui Ming, Lori Freedman…).

Plutôt que de sortir une énième compilation des œuvres plus ou moins inédites des artistes «maison», la dernière compilation s’attache donc, tout normalement, à faire découvrir un aspect du foisonnement musical de la province francophone. Probablement pas exhaustif, Sang 9 rassemble une vingtaine de formations qui émargent aux musiques divergentes. La dominante semble être le style proche des duos ou trios de musiques improvisées bruitistes, inspirées des Granules, par exemple (Pascal Desjardins & Frédéric Léonard) ou des bidouillages à la Tétreault (Face dans l’dash). Quelques formations utilisent toutefois des phrasés d’essence plus jazz (Torngat, Malarafe)…

Mais l’écoute d’une seule traite de l’ensemble des titres ne permet pas - c’est le lot de la plupart des compilations - d’entrer pleinement dans l’univers respectif de chaque proposition et l’auditeur, selon son état d’esprit du moment, ne retiendra qu’une ou deux propositions qui d’emblée le feront réagir. Je citerai personnellement In Vitro pour ses sonorités d’harmonica traitées, créant une atmosphére quelque peu étrange ou encore le duo Cléo Palacio Quintin & Pascal Boudreault, avec leur radioglyphe et les sons de flûte transformés par l’ordinateur.

Sang 9 reste cependant un témoignage intéressant de la relève (générationnelle?) qui s’opére autour de Montréal.

Ambiances Magnétiques consacrent justement une de ses récentes productions à un musicien présent sur Sang 9. Guido Del Fabbro y apparaissait au sein de Concorde Crash. Carré de sable est une œuvre soliste dans laquelle le traval du violon est confronté à divers instruments, genre tourne-disque ou machine à café. Le bidouillage y est la règle à travers raclement de cordes et autres bruitages plus ou moins percussifs, mais non exclusivement, certains titres, courts, offrant une sorte de respiration mélodique. Les pièces les plus intéressantes sont toutefois celles qui combinent les deux approches, telle «Drimarni» dans laquelle émarge l’un des deux invités Pierre Emmanuel Poizat à la clarinette basse ou dans les derniers titres aux couches sonores plus denses. Carré de sable se révéle intéressant en particulier pour le savoir-faire de Guido Del Fabbro, qui mêle adroitement un aspect ludique - le côté bac à sable? - et une volonté créatrice.

Pierre Tanguay est lui devenu un pilier du collectif. Sa batterie, ses percussions donnent la réplique à Jean Derome (Plinc! Plonc!) ou à Lussier {les deux volets de La vie qui bat), sans oubiler son délicieux et pétillant album solo, La musique de mon disque. En s’associant dans La boulezaille au souffleur Pierre Langevin (clarinette, flûte, cornemuse, chalumeau, chifonie(?)…), que l’on a pu découvrir aux côtés de René Lussier dans Tabula Rasa (La Tribu Trib21570), il renouvelle une approche intégrant la diversité de son inspiration. Cette propension à marier divers styles trouve un partenaire idéal en Pierre Langevin, lequel passe allégrement d’un contexte folk à un travall plus expérimental de ses instruments.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.