La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 60, 1 juin 2004

De son côté, la Montréalaise Marilyn Lerner nous convie à une approche différente de l’instrument, au-delà de sa propre maitrise du clavier. Certains évoqueront vraisemblablement l’idée de piano préparé, et il y a certes l’appropriation des démarches initiées par d’autres pianistes et/ou compositeurs. Elle y associe d’autres types d’interventions, liées notamment au travail d’un preneur de son et à l’emplacement de divers micros. Le résultat est une aventure sonore pleine de variations de timbres et d’effets, servie par un jeu fin et volontaire.

Le résultat est une aventure sonore pleine de variations de timbres et d’effets, servie par un jeu fin et volontaire.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.