La boutique des nouvelles musiques

Ne sautons pas la poésie

Dominique Denis, L’Express, 1 juillet 2004

Quand un poète se met à la chanson (on pense a Péloquin, Francoeur ou, plus près de nous, Marc LeMyre), il vaut toujours la peine de tendre l’oreille. Parce que chez ces gens-là, comme disait Brel, on est sensible a la musicalité des mots.

La quarantaine bien entamée, une poignée de recueils de poésie en librairie et deux albums de poésie chantée à son actif, Frank Martel s’inscrit dans cette singulière lignée. S’il ne risque pas de concurrencer Bruno Pelletier sur le plan vocal (qui s’en plaindrait?), Martel assume ses limites en choisissant des styles - cabaret, country où l’interprétation prime sur la performance.

Récent récipiendaire d’un Mimi (les Félix de la scène alternative québécoise - pour ceux qui, comme moi, n’étaient pas dans le coup), Sautons ce repas du midi (Ambiances magnétiques/SRI) est de ces albums joyeusement déconcertants, qui méritent d’être prolongés sous les projecteurs, ne serait-ce que pour voir la tête de Martel quand il balance des perles du genre «Chu toujours dans tes jambes/Mais jamais dans tes bras», avec sa voix de Cassonade Faulkner. Faussement naïf? Peut-être. Vraiment attachant? You bet!

Sautons ce repas du midi…est de ces albums joyeusement déconcertants, qui méritent d’être prolongés sous les projecteurs…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.