La boutique des nouvelles musiques

Les mélodies du bonheur

Valérie Lesage, Le Soleil, 27 mars 2004

C’est une grande famille de musique comme il en existe très peu. Une famille qui se fréquente pour le seul bonheur de jouer ensemble. Et aussi, devrait-on ajouter, pour partager ce bonheur avec qui veut y prêter l’oreille.

Sur des airs qui évoquent le cirque et les grandes fêtes foraines, la Fanfare Pourpour réunit ses l5 musiciens et quelques invités (dont Mara Tremblay et Tomás Jensen) pour offrir un deuxième album, Le bal, qui semble venir d’un autre monde et d’une autre époque.

«C’est une musique qui appartient à un autre temps, oui, mais surtout qui est en-dehors du temps, remarque le directeur musical, Jean Derome.

«D’accord, il y a des influences d’Europe de l’Est, des gitans ou des films de Fellini, mais ce n’est pas ça non plus. Ce sont des pièces qu’on a l’impression d’avoir connues, mais pourtant c’est nouveau» ajoute-t-il, lors d’une entrevue téléphonique qui suit de quelques heures le concert du lancement à Montréal.

Entre la gaieté et la tristesse, une certaine nostalgie imprègne la musique de la Fanfare Pourpour. Pas de celle qui glorifie le passé, mais plutôt celle qui est inhérente à la vie.

«Je suis pas un nostalgique qui pense que tout était mieux avant. Notre musique n’est pas un revival de quelque chose qu’on a aimé pendant notre adolescence. Il y a une nostalgie propre à notre musique comme il y en a dans le fado ou le flamenco. Ce n’est pas une musique sentimentale, mais une musique avec des sentiments.»

Au départ, dans les années 70, la Fanfare était un regroupement spontané, I’Enfant fort, qui paradait le samedi après-midi dans les rues de Montréal, avec tambours, trompettes et grosse caisse. C’est devenu le Pouet Pouet Band, puis Montréal Transport Limité, troupe de cabaret underground.

Neuf des membres actuels de la Fanfare Pourpour étaient du premier orchestre. Les autres se sont greffés au fil du temps. Le plus vieux a 68 ans, Ie plus jeune, 21 ans. On entre dans le groupe par parrainage et avec l’accord de tout le monde. C’est ainsi que la famille s’agrandit! C’est parce qu’il a été séduit par l’aspect pétillant de la musique de la fanfare que Jean Derome, multi-instrumentiste dans la musique de création, a rejoint la formation en 1995.

«Dans ma musique à moi, la présentation et le rapport entre musiciens a quelque chose de plus austère, de plus figé», explique-t-il.

«Dans la Fanfare, on a une sensation de communication très profonde. Le rapport entre les musiciens est très attirant, presque irremplaçable. On est vraiment fondus dans la musique. Il y a des solos ici et là, mais c’est toujours l’esprit du collectif qui prévaut et qui est très touchant. On est tellement contents de jouer!„

Les musiciens de la Fanfare Pourpour mènent tous des carrières en-dehors de l’orchestre—on comprendra qu’un cachet partagé en 15 ou 20 parts ne rapporte pas beaucoup de beurre sur la table… Jean Derome joue notamment avec les Dangereux Zhoms et Évidence, I’accordéoniste Lou Babin et le violoniste Guido Del Fabbro ont fait la tournée nord-américaine de Cheval Théâtre, le contrebassiste Normand Guilbeault est un compositeur-interprète de jazz ct de musique actuelle. Et parmi les membres, il y a aussi des comédiens, des graphistes, un animateur de radio, un informaticien. Bref, comme dans une vraie famille, il y a une histoire commune et des univers paraIlèles.

Défi logistique

C’est par Lou Babin et Luc Proulx que la troupe est liée. Ils aiment tellement la fanfare qu’ils ont même réhypothéqué leur maison pour financer Le bal. Aussi, c’est Lou Babin qui organise les concerts et les répétitions, c’est elle qui appelle tout Ie monde pour vérifier s’il y a la masse critique pour monter sur scène. Un défi logistique extrêmement compliqué vu la quantité de gens à réunir.

«C’est assez drôle car il y a plusieurs musiciens qui connaissent les partitions des autres. Si un soir la ligne de basses est faible, ils vont prendre le relais des absents. La Fanfare a un aspect très vivant. C’est un organisme qui réagit aux changements de climat», explique le directeur musical.

En ce moment, Lou Babin tente de mettre en branle une tournée gaspésienne en juillet. Un autre défi puisqu’il y a beaucoup de monde à loger et à déplacer de village en village! Il y aura donc un peu de camping… Mais les membres de Ia Fanfare Pourpour sont prêts à sacrifier un peu de confort pour le plaisir de jouer ensemble.

«C’est tellement précieux, cette énergie. J’adore ça la Fanfare et j’espère que ça peut durer longtemps encore» souhaite Jean Derome.

Pas impossible que la caravane de la Fanfare s’arrête aussi à Québec cet été. Un concert avec Urbain Desbois est envisagé. Croisons-nous les doigts parce que sa musique fait rêver d’une grande fête familiale un après-midi ou un soir d’été juste avant le coucher du soleil.

Entre la gaieté et la tristesse, une certaine nostalgie imprègne la musique de la Fanfare Pourpour. Pas de celle qui glorifie le passé, mais plutôt celle qui est inhérente à la vie.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.