La boutique des nouvelles musiques

Jazz

Frédérique Doyon, Le Devoir, 1 mai 2004

Le bal est le moyen idéal de récréer dans son salon l’ambiance joyeusement délirante d’une vraie fanfare en évitant la cohue qu’y aurait causée sa ribambelle de musiciens débarquant avec sa brochette d’instruments. Sous la direction à la fois intelligente et polissonne de Jean Derome, accordéons, cuivres multiples, banjo, violon, guitare, saxophone, clarinette et percussions s’enchaînent et se déchaînent dans l’allégresse générale ou la nostalgie lancinante. L’album est majoritairement composé de pièces instrumentales, mais des voix telle celle de Thomás Jensen y surgissent le temps d’une ou deux chansons. On se croit tantôt dans les rues d’un Paris mythique, tantôt au cirque ambulant, dans un film d’Emir Kusturica ou dans un bar miteux de La Nouvelle-Orléans. Ce cocktail musical à la fois savant et sans prétention donne envie de descendre danser dans la rue en tapant sur une casserole avec une cuillère de bois. C’est ce qu’on appelle de l’enthousiasme contagieux…

Ce cocktail musical à la fois savant et sans prétention donne envie de descendre danser dans la rue…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.