La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes! — Jusqu’à 50% de rabais sur 142 titres Jusqu’au 7 janvier 2020 — Cliquez pour voir

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 98, 1 septembre 2003

Sarko, t’es foutu, Les Poules sont dans la rue! La réédition des Contes de l’amére loi (AM 009), l’année dernière l’avait laissé entendre: Les Poules sont de retour! Dix-sept ans se sont écoulés entre les deux enregistrements; de l’électro artisanale du premier disque, il reste quelques bribes étouffées ( Où est l’est?) et quelques inouïes madeleines de Proust à feuilleter (Chaud-froid). Les Poules circa 2003, c’est un trio nomade, sûr de ses souffles et de ses rebonds (Danielle Palardy Roger est exemplaire de sobriété et de rondeur d’un bout à l’autre de cet enregistrement). Joane Hétu, entre cliquetis et saxophone voilé ne cesse de pétrir, d’enflammer puis de menacer la masse sonore (Prairie orange). Vents et liquides se mélangent, nous offrant un continuum barbare, aride, déserté et déconstruit mais toujours ardent et vorace. Un kiss empoisonné en quelque sorte. Sarko, t’es vraiment mal barré!

Vents et liquides se mélangent, nous offrant un continuum barbare, aride, déserté et déconstruit mais toujours ardent et vorace.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.