La boutique des nouvelles musiques

Critique

Jazz Notes, no 41, 1 janvier 2003

Friths’entoure de Derome (sax, fl, divers), Tanguay (dr) plus un preneur de sons Myles Boisen très inventif. Notre génial bricoleur et sa guitare, assisté de ses deux autres acolytes font dans le délire, un impressionnant voyage. C’est tout à fait déjanté. On les entend créer in situ un enchaînement d’assemblages totalement iconoclastes. C’est totalement hybridé. En fait, Frith dont l’aisance dans la technicité et le gag démontre tout son talent, soutenu par deux compères qui ne se forcent pas pour en rajouter. Totalement lumineux dans le délire.

Totalement lumineux dans le délire.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.