La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 53, 1 septembre 2002

Est-ce l’illustration de la pochette? Est-ce réellement l’impression que suscite l’écoute de cet enregistrement? Toujours est-il que les sons, leur crépitement, leur vivacité ne sont pas sans évoquer des flammes étincelantes, des feux follets qui virevoltent dans une sarabande enjouée. Cette musique improvisée, à partir d’un piano dont l’interprète explore de nombreuses possibilités de la voix mais aussi du corps est des plus visuelles. Rarement, en effet, un enregistrement a su rendre aussi présent dans nos salons d’écoute un mouvement, des gestes, des pas, des pratiques musicales.

Lee Pui Ming, chinoise expatrice de Hong Kong, et installée à Toronto, n’en est pas a sa première production. Who’s playing serait sa cinquième. À sa formation classique et à l’intérêt qu’elle conserve pour ses origines asiatiques, elle rajoute des pratiques plus contemporaines issues de ses rencontres, depuis son arrivée en Amérique du Nord, avec le jazz - elle a travaillé avec Marilyn Crispell - et les musiques actuelles. Il n’était que temps de la découvrir. Merci donc à Joane Hétu - présente au sax alto sur trois titres - et au collectif québécois de la proposer à nos oreilles que l’on croyait saturés.

Rarement, en effet, un enregistrement a su rendre aussi présent dans nos salons d’écoute un mouvement, des gestes, des pas, des pratiques musicales.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.