La boutique des nouvelles musiques

Le Bal de la Fanfare Pourpour ouvre le cœur

Jean Gagnon-Doré, Bob, 29 mars 2004

On veut tous faire partie de la Pourpour. C’est le bonheur fait art, fanfare! Pourquoi bouder la formation quand on n’a rien contre et deux POUR?

Comme on voit dans les rapports annuels sérieux, on peut dire qu’à eux quinze, ils cumulent certainement plus de 375 ans d’expériences de la scène! Ils sont âgés entre 21 et 68 ans, avec une belle moyenne d’âge de 45. Ils s’appellent Lou Babin (Théâtre Carbone 14), Jean Derome (label Ambiances Magnétiques), Normand Guilbeault (OFF Festival de Jazz de Montréal), Roy Hubler (Journal Mouton Noir de Rimouski), Luc Proulx (cinéma, Un homme et son péché), Luzio Altobelli (groupe Manouche), etc. Sans compter la demi-douzaine d’invités prestigieux qui font la file joyeuse dans les coulisses, parmi lesquels on compte Mara Tremblay de même que Tomàs Jensen… Tassez-vous de là, ça souffle fort sous le chapiteau!

Disque plus doux que le premier (Tout le monde, 1999), Le bal est moins souvent cacophonique, toujours rempli de petits bruits, à la direction musicale plus posée (Jean Derome). Le cd compte quinze compositions et un air traditionnel cajun. Chaque pièce du grand orchestre est un bout de film rétro en noir et blanc accompagné d’instruments «avant», une expédition colorée aux épisodes gais et mélancoliques, une comédie aux scènes décousues, départ de la gare de train, chorale slave, airs «kurt-weilliens» et roum-pan-pans felliniens…

La musique de la fanfare est un rayon de soleil urbain, totalement romantique et résolument assumée. On devient possédés par leurs valses cool et déjantées, irrésistibles. Les pas de danse s’exécutent, hors contrôle: un,deux, trois, les yeux fermés, un deux trois, la tête qui tourne. C’est la mouvance circulaire…

Tout est dans le Pourpour et le Pourpour est dans tout. À la manière d’enfants, les musiciens donnent libre cours à leur plaisir. C’est la générosité du cœur, la folie contagieuse, l’invention spontanée, les joies de l’unisson.

Le CV du groupe s’étale sur le long terme, vécu trentenaire à l’appui: la Pourpour a d’abord été L’Enfant Fort (1975), puis le Pouet Pouet Band (1978), Montréal Transport Limité (1981) pour enfin devenir en 1995 la bande acoustique que l’on sait, riche tapon issu de la rue où tous aiment encore se retrouver.

Le bal ouvre le cœur. Pour cette unique raison, achetez-le. Et ne manquez pas le groupe s’il passe dans une ruelle près de chez vous: c’est en concert que cette musique enivre le plus et qu’elle confond les sceptiques les plus convaincus!

Le bal ouvre le cœur. Pour cette unique raison, achetez-le.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.