La boutique des nouvelles musiques

Médecine douce et folle

Alain Brunet, La Presse, 3 avril 2004

Selon les dires du principal intéressé, Frank Martel a vachement encouragé Urbain Desbois à mettre de l’avant ses miniatures, celles de ses deux premiers disques. On ne s’en étonnera pas, car le Martel en question fait exactement dans le même format: chansons courtes, minimalistes, rapidement dégainées, pleines de substance, arrangées par le très doué guitariste Bernard Falaise. Paru il y a quelques mois (on en échappe parfois, que voulez-vous), Sautons ce repas de midi est le disque d’un remarquable sauté. Et puisque quelques centaines de personnes en connaissent le talent, des milliers d’autres méritent d’absorber cette médecine douce et folle. La comparaison avec l’ami Urbain se limite à la taille et la propension à l’humour absurde: Frank Martel use d’un français plus international (moins «queb», si vous préférez) et d’un humour encore plus abstrait que celui de son collègue. Ce n’est pas peu dire! Le sens et les sens virevoltent à travers cet irrésistible répertoire, s’y déploie une manière de néo-dadaïsme qui fait bon ménage avec un Iyrisme étrange. Sur une mélodie bucolique, par exemple, un narrateur sous hypnose se voit agrippé dans un sablier géant, salue un crabe qui danse, placarde une lézarde et recoud de ses doigts une toile d’araignée.

Le sens et les sens virevoltent à travers cet irrésistible répertoire, s’y déploie une manière de néo-dadaïsme…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.