La boutique des nouvelles musiques

Fanfarons

Patrick Baillargeon, Ici Montréal, 18 mars 2004

Qui ne connaît pas la Fanfare Pourpour? Qui n’a jamais vu cette joyeuse bande à une occasion ou une autre? Collectif à géometrie variable, la Fanfare est le meilleur remède contre la morosité et les jours de cafard, toujours partante pour jouer partout, pour une cause qui lui tient à coeur ou tout simplement pour le plaisir de faire de la musique entre amis et en famille. Parce que, depuis ses debuts en 1975 (sous le nom de L’Enfant Fort puis du Pouet Pouet Band), cette fanfare est surtout une histoire d’amour et d’amitié. Une longue histoire de sons et de sens, marquée parles allées et venues d’un tas de musiciens et de tripeux, une histoire qui dure encore aujourd’hui avec la sortie du bal, deuxieme album du collectif. La Pourpour, c’est un collectif mais c’est d’abord une gang de chums qui ne cesse de grandir,insiste Lou Babin, accordeoniste et membre de la première heure avec quelque huit autres musiciens toujours à bord. La Pourpour, c’est une histoire d’amitié et de projets communs. C’était ça au départ, et ça l’est toujours aujourd’hui. Reste que, si le passé nous a tissés, c’est ce qu’on fait aujourd’hui qui nous définit.»

Le bal, voilà ce qu’elle fait aujourd’hui,la troupe. Et elle valse. Elle valse entre le swing, le jazz de Nouvelle-Orleans, le cajun, le ragtime, la chanson française et la musique klezmer ou arabe avec une belle aisance et un plaisir toujours contagieux. «Avec ce disque, on est en train d’écrire une autre page de l’histoire de la Pourpour, s’enthousiasme Lou. Il y a plus de chansons, plus d’improvisation, plus de couleur aussi. Le plus étonnant, c’est qu’on a enregistre tout l’album live en sept jours! On voulait le feeling d’un concert ou d’une répétition et c’est Jean Derome, qui fait partie de la Fanfare, qui a dirigé un peu tout ça. Il a amené beaucoup de calme et d’humour en studio. Y’a une espèce de spontanéité qui nous sied bien dans toute cette entreprise, poursuit la musicienne. Un album, c’est une empreinte, un témoignage et, ce disque, on trouve qu’il représente bien ce qu’est la Fanfare aujourd’hui. Avec Le bal, on sent qu’on n’a pas terminé et que l’aventure risque de se poursuivre encore longtemps.»

… la Fanfare est le meilleur remède contre la morosité et les jours de cafard…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.