La boutique des nouvelles musiques

Musique pourpour tous!

Aleksi K Lepage, La Presse, 2 mars 2004

Il était une fois dans les années 70… Au coeur du Plateau Mont-Royal, alors encore grouillant d’authentiques bohèmes, s’attroupaient tous les samedis après-midi quelques musiciens — plus ou moins improvisés — pour aller défiler dans les rues avec trompettes, guitares et tambours, sous les yeux des passants amusés et des autorités suspicieuses.

Pour ces étranges menestrels, il était plus important d’être ensemble et de s’éclater que de savoir vraiment bien jouer. C’était d’ailleurs un jeu; ils jouaient à la musique. C’étaient les belles annees de L’Enfant Fort, rassemblement originel qui va devenir, après 1000 transformations, la Fanfare Pourpour telle qu’on la connaît aujourd’hui.Ils sont 15 «fanfarons» en tout. C’est-à-dire 16, depuis hier, puisque la charmante Mara Tremblay vient d’ajouter son nom à côte de ceux de Lou Babin, Jaco Duguay, Jean Derome, Jonas Slowanski, Luc Proulx, Nemo Venba et les neuf autres qu’on ne peut malheureusement nommer, question d’espace. La plupart sont issus de L’Enfant Fort et d’autres regroupements éclatés comme la Pouet Pouet Band et Montréal Transport Limité. Sont venus les rejoindre plus récemment quelques jeunes musiciens attirés par l’aventure. Pourpour couvre donc trois générations, l’aîne ayant soufflé ses 68 chandelles et le cadet n’ayant vu passer que 23 printemps.

En guise d’ambassadeurs, Babin, Proulx et Derome ont bien voulu accueillir un journaliste pour promouvoir la parution de leur deuxieme album intitulé Le bal, qui sera lancé dans le monde au Lion d’or jeudi prochain. Deux disques en 30 ans? On ne pourra les accuser de surexposition. «On n’a jamais pensé en termes de réussite; au départ, ce n’était pas notre projet de faire des disques, explique Babin. On faisait de la musique pour les gens, en plein milieu de la rue. Des fois, on bloquait la circulation. On allait jouer comme ca, juste parce qu’il faisait beau. On allait répéter dehors, au grand plaisir des gens. On voulait leur donner le goût de faire de la musique.

Proulx se rappelle qu’au tout début, rue Duluth, n’importe qui voulait participer à l’expérience, avec n’importe quel instrument jusqu’à des chaudrons, si bien qu’ils ont dû être selectifs: «Il y avait des gens qui voulaient faire de la musique avec nous, mais ça ne marchait pas. C’était cruel parfois, on commençait à nous trouver un peu «sectaires». C’est une question d’affinité.

Les cancres n’entrent pas dans la Fanfare Pourpour, mais Babin admet que, si elle apprécie le jeu d’un musicien, elle doit d’abord aimer sa personnalité.

Jean Derome, compositeur multi-instrumentiste accompli et improvisateur très respecté, agit pour ce nouveau disque en tant que grand superviseur. II s’opère selon lui, qu’importe que les musiciens soient professionnels ou amateurs, une sorte de magie au sein de la Fanfare: «On arrive a un jeu d’ensemble qui dépasse la performance, dit-il. Le fait qu’un musicien soit très bon ou un peu moins bon n’a pas d’importance. On a enregistré tout le monde ensemble, on n’a pas mis d’écouteurs, on enregistre comme on pratique. Ça sonne super bien comme ça.»

Musique du peuple

Ils n’iront pas nécessairement faire leur numéro sur les planches du Téléthon de la dystrophie musculaire, mais les gens de la Panfare n’en demeurent pas moins doucement engagés, certains enjeux sociaux leur tiennent à coeur: «On joue pour les causes qui nous touchent et qui nous préoccupent, précise Proulx, par exemple la Journée sans auto. C’est vrai que c’est une bonne idée d’enlever ces paquets de voitures de notre centre-ville une fois de temps en temps.» On a pu les voir et les entendre dans les tentes de l’ATSA (Action terroriste sociaiement acceptable) au parc Émilie-Gamelin ou—si vous êtes vraiment mal pris dans la vie—à la Old Mission Brewery. «C’est une façon d’aider un peu, comme on peut, de faire sourire, d’aileger la souffrance», ajoute Babin.

Leur musique est d’ailleurs proche du peuple, populaire dans le sens premier, dans le sens de noble. Des airs faciles a fredonner, sans artifices, parfois dansants, parfois mélancoliques (souvent les deux en même temps), une musique qui emprunte à certaines traditions européennes et qu’on dirait presque anti-techno, comme une sorte de folklore qui n’a pas tout à fait existé: «C’est la musique du peuple, qui vient du peuple, mais ce n’est pas la musique qu’on vend généralement au peuple», dit Derome, qui déplore ces nouvelles manufactures de vedettes à la Star Académie: «On fonctionne de plus en plus par sondages. Ça donne l’impression aux gens d’avoir vraiment choisi. Vous avez voté pour tel ou tel? Maintenant, achetez son disque, venez voir son show. J’ai l’impression que les gens qui votent à Star Academie pensent avoir enfin de l’influence, plus qu’en politique.»

Ces boomers atypiques sont-ils nostalgiques? Regrettent-ils les folles annees 70? Pas tout à fait, même si Proulx admet que le Plateau Mont-Royal, où tout a commencé, a beaucoup changé, et pas pour le mieux, lui qui vivait alors dans un logement de 45,50$ — qui doit coûter 4550$ aujourd’hui, en exagérant à peine!

Pour Derome, le fameux «esprit du Plateau» n’est plus qu’une espèce de piège à touristes, d’autres choses se feront ailleurs d’où il émergera des phénomènes aussi gratuits, jouissifs et spontanés que L’Enfant Fort de 1975. En attendant, l’aventure Pourpour continue, vers Dieu sait quoi. Sans doute la Fanfare va-t-elle gagner, par ce nouveau disque débordant de chaleur et de sincérite, les coeurs d’un jeune public fatigué par la chanson pop usinée.

… ce nouveau disque débordant de chaleur et de sincérite…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.