La boutique des nouvelles musiques

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 1 mai 2003

L’un des meilleurs moments de l’édition 2001 du FIMAV, la rencontre entre Jean Derome (flutes, sax), Pierre Tanguay (batterie) et leurs acolytes francais Bruno Chevillon (contrebasse) et Louis Sclavis (clarinettes, sax) a été pour beaucoup de monde un pur moment de bonheur. Virtuosite, pertinence et imagination sont au rendez-vous tout au long de l’heure que dure le disque. On ne saurait mieux illustrer la notion de «dialogue» entre des instnumentistes qu’avec les échanges exemplaires enregistrés ici, aussi clairs qu’une conversation a bâtons rompus entre gens de qualité. Jazz mutant métissé d’explorations sorores inouïes, cette musique prend des risques à chaque tournant, mais ne dérape jamais. Chacun des musiciens est exceptionnel, mais il faut souligner le travail de Bruno Chevillon, d’une très grande inventivité.

Jazz mutant métissé d’explorations sonores inoues…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.