La boutique des nouvelles musiques

Critique

Olivier Lalande, Nightlife, no 53, 1 mars 2004

Difficile de ne pas se laisser aspirer par l’univers fascinant du poète local, sur ce second album qu’on espère promis à un maximum de reconnaissance. Usant à bon escient du profil de ses collègues, des vétérans du monde de la musique actuelle (Bernard Falaise, Michel F Côté), Martel livre une chanson rock aussi planante que dépouillée, aussi expérimentale qu’accessible. On pense à Urbain Desbois, les grimaces en moins et le troisième œil en plus, et on pense qu’on n’entend pas assez parler de ce gars-là.

… on pense qu’on n’entend pas assez parler de ce gars-là.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.