La boutique des nouvelles musiques

Compact!

François Couture, Ici Montréal, no 7:08, 20 novembre 2003

C’est Georges Brassens qui prend possession du corps d’Urbain Desbois, c’est Richard Desjardins qui attrape au vol la légèreté des chansons de Tomas Jensen, c’est Willy Lamothe qui se marie avec Plume. C’est Frank Martel, I’ovni de la chanson québécoise. Sa poésie mélange les villes et les champs, le quotidien et l’exotique, avec une touche d’humour qui rend l’argumentation impossible. On ne peut qu’opiner du chef en apprenant que «comme le petit hérisson/La femme melon aime à se rouler en boule» ou que «C’est du creux de ses vertèbres/Que provient la bonne humeur du zèbre». Frank déclame et susurre autant qu’il chante, et sa voix imparfaite évoque la chanson country, une impression soulignée par la guitare de Bernard Falaise qui s’en donne à cœur joie. L’équipe n’a pas changé depuis le premier album. Falaise y va de sa mandoline délicate ou d’une guitare électrique lancinante qui pousse vers les terrains actuels, pendant que la basse d’Éloi Deit ancre la musique sur la terre folk et que le batteur Michel F Côté change de style comme un serpent change de peau (sans regarder en arrière). À la première écoute, je gardais un sourire en coin à cause d’une ironie rigolote dans le traitement musical. Mais, dès le second passage, je me suis laissé conquérir par la qualité de l’écriture, poignante et soignée et la sympathie des mélodies, contagieuses comme des ritournelles d’enfants. Ton visage, Stella et Le Limpopo (un fleuve d’Afrique, vous l’apprendrez) sont des pièces d’anthologie de la chanson irrévérencieusement intelligente. Merci Frank. 10/10

… des pièces d’anthologie de la chanson irrévérencieusement intelligente. Merci Frank.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.