La boutique des nouvelles musiques

Critique

Nicolas Brémaud, Jazzman, no 94, 1 septembre 2003

À l’opposé du concept d’improvisation simulée cher à André Hodeir, on parlerait volontiers dans ce concert enregistré au Canada, de composition simulée, car la spontanéité et la liberté y semblent toujours guidées par un sens très exigeant du développement collectif, de la nécessité musicale sans lesquelles le free conduit rapidement à une grisaille informe. Un intervalle mélodique, une idée d’articulation, une trouvaille sonore due à quelque acrobatie buccale, sont autant de matériaux élémentaires à partir desquelles les quatre musiciens construisent au fil de l’imagination des édifices aux formes magnifiquement organiques. Cette étonnante faculté d’organisation instantanée vient sans doute en partie d’une fréquentation assidue de la musique contemporaine dont le jeu du flûtiste, saxophoniste alto et compositeur canadien Jean Derome se fait parfois l’écho, déployant une infatigable invention instrumentale et une aisance exceptionnelle dans le maniement de lignes mélodiques complexes, atonales et distendues. Il va sans dire que le batteur Pierre Tanguay, compagnon de longue date, et les invités Louis Sclavis et Bruno Chevillon, ne sont nullement effrayés par ces dangereuses explorations, qu’ils se délectent même de ces chemins escarpés qui les maintiennent perpétuellement sur le qui-vive. Enfin, pour ceux qui suspecteraient quelque aridité, on ne saurait trop recommander d’écouter directement Le Baiser et Jonas, où flûtes et clarinettes étirent de poignantes et mystérieuses mélopées, merveilles qui justifieraient à elles seules notre enthousiasme.

… poignantes et mystérieuses mélopées…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.