La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes! — Jusqu’à 50% de rabais sur 142 titres Jusqu’au 7 janvier 2020 — Cliquez pour voir

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 juin 2003

Les Poules des Contes de l’amère loi furent à leur époque (milieu des années 80) un avatar passablement déjanté de Wondeur Brass, mais la structure d’ensemble restait peu ou prou rock, avec chansons et textes. Avec leur renaissance un peu plus d’une quinzaine d’années plus tard, I’auditeur se demande à quel caquetage il allait être soumis. Les musiciennes du trio, de Justine en île bizarre, de parasitages en tricotages divers, de perçage d’oreilles en accoutrement de castor, avec divers partenaires endogènes ou exogénes, ont ouvert leur horizon: la basse-cour s’ouvre sur une vaste prairie - orange, of course! - en cours de défrichement. Ici, il n’y a point de textes, ni de structure classique de la chanson rock, même iconoclastes, mais davantage un travail de confrontation sonore entre instruments et voix, entre sons acoustiques et sons synthétiques, de chuintements en frottages; au final, neuf peintures sonores impressionnistes convient l’auditeur à saisir des paysages qui, derrière une certaine uniformité apparente - les prairies canadiennes sont vastes - présentent une multitude de variations, au gré des saisons, des variations climatiques, voire de l’activité humaine (les glaneuses).

… une multitude de variations, au gré des saisons, des variations climatiques, voire de l’activité humaine.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.