La boutique des nouvelles musiques

Un peu moins de mordant sur disque que sur scène

Alain Brunet, La Presse, 19 avril 2003

L’économie de la musique actuelle étant ce qu’elle est, la rencontre du Québécois Jean Derome (flûtes, sax alto, guimbarde) et du Français Louis Sclavis (clarinettes, sax soprano, objets) ne pouvait être cogitée et répétée pendant des mois. Deux compositeurs majeurs et grands improvisateurs allaient donc mettre en commun des canevas épurés, plutôt simples, question de laisser libre cours à l’improvisation ici et maintenant. Je me souviens d’avoir assisté à un concert excellent, en mai 2002. La réécoute de ce concert sur disque, toutefois, ne me fait pas passer le même moment de bonheur, pour reprendre le titre de cet album qui résume la soirée. Tout à fait valable au demeurant, ce disque témoigne certes d’une rencontre qui prouve toutes ses qualités lorsqu’on est sur place, suspendu aux notes de ces virtuoses qui s’époumonent pour un auditoire aussi enthousiaste qu’averti. Or, sur disque, il arrive si souvent que ces rencontres free perdent de leur mordant, question de production et de… Faut-il croire que l’improvisation libre est aussi un art visuel? Un geste théâtral? J’ai parfois l’impression que si.

… suspendu aux notes de ces virtuoses qui s’époumonent pour un auditoire aussi enthousiaste qu’averti.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.