La boutique des nouvelles musiques

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 56, 1 juin 2003

Ces deux enregistrements [All is bright, but it is not day et Whisperings (Wintsch, Baumann, Frith, Trontin)] sembleraient presque jumeaux. A peu de choses près. Mais ce peu de choses est toutefois fondamental. Le lecteur de ces lignes a, sans doute, remarqué sur chacun la présence de Fred Frith. Par ailleurs, la formule instrumentale basique est - presque - identique: un batteur percussionniste (Pierre Tanguay dans le premier cas, Bernard Trontin dans le second; la flûte est tenue par Jean Derome dans All is bright… , par Franziska Baumann dans Whisperings; un environnement sonore à base d’échantillonnages et de claviers avec Michel Wintch ou le traitement sonore de Myles Boisen.

Les deux productions - issues respectivement d’un enregistrement live à Oakland en février 2001 et d’un concert à Zurich en décembre 1999 - diffèrent toutefois par l’utilisation des séquences de traitements sonores. Dans le cas de All is bright… , c’est le travail du trio Frith, Derome, Tanguay qui est traité en temps reel par Boisen, et réintroduit dans la confrontation sonore, un peu comme le fit Bob Ostertag dans sa tétralogie say no more/Verbatim. Dans Whisperings, la modification électronique ne joue que sur l’instrument ou la voix de l’instrumentiste lui (elle)-même avant sa confrontation avec ses partenaires. Bref, deux démarches distinctes.

Par ailleurs la palette sonore des partenaires québécois de Frith ne se limite pas à un ou deux instruments de base mais s’étoffe d’harmonicas, de guimbardes, d’appeaux et d’objets divers. Celle des musiciens suisses est plus sobre, Franziska Baumann utilise toutefois la voix et l’électronique. Du point de vue sonore, il y a donc bien deux réalisations différentes. Et chacune présente ses spécificités. Au-delà du traitement sonore de Myles Boisen sur All is bright, but it is not day, Fred Frith semble bien contrôler la trame d’ensemble, lui insufflant sa logique de composition, sur laquelle Derome greffe ses effets tantôt bruitistes, tantôt naïvement mélodiques et que Tanguay ponctue de ses propres interventions extra-rythmiques.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.