La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes! — Jusqu’à 50% de rabais sur 142 titres Jusqu’au 7 janvier 2020 — Cliquez pour voir

Critique

Steven Hearn, Octopus, 1 juillet 2003

Les Poules, c’est Joane Hétu, Diane Labrosse et Danielle Palardy Roger. Les Poules jouent respectivement au saxophone alto, à l’échantillonneur et aux percussions. Les Poules viennent de Montréal. Les trois Poules ont de la voix, c’est sûr. Elles ont également de l’imagination! Ce disque d’atmosphère, méditatif et incisif, répond à de premiers méfaits, il y a quinze ans, dans Les Contes de l’amère loi. C’est de la musique improvisée, assurément. Ce qu’il y a en plus dans la basse-cour? Quinze ans de recherche, d’expérimentations, de tâtonnements éclairés, de dévouement sans faille à une musique exigeante et inventive. Quinze ans de collaboration avec des musiciens ou artistes qui ont considérablement enrichi leurs vocabulaires sonores, précisé leurs saveurs bruitistes, leurs manières de structurer un propos musical, de construire des pièces introspectives et souvent abstraites. Les voix ne disent plus de textes écrits mais sont devenues des instruments à part entière. L’attention, accrue, est portée sur les textures, la couleur, le potentiel musical du son… Nos trois Poules, qui ont désormais l’habitude de travailler sur des projets de danse, des pièces radiophoniques, des pièces de poésie, des films, ont gagné en épaisseur… Aussi, ce disque possède tour à tour des accents lyriques et incongrus, harmoniques et dissonants, structurés et anarchiques, doux et énervants.

… dévouement sans faille à une musique exigeante et inventive.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.