La boutique des nouvelles musiques

De zéro à disque

SM, emoRAGEi, no 17, 1 septembre 2002

Qui ne se souvient pas de Lou Babin et de sa prestation inoubliable dans Le Party de Falardeau? Depuis, on a assez peu entendu parler d’elle.L’hôtel du bout de la terre est une création née il y a sept ans et qui rassembie une pléiade d’invités de marque, dont Babin. Mi-instrumentales, mi-chantées, les pièces tranquilles de ce disque d’une extrême délicatesse vous susurreront à l’oreille des histoires de noyade, de mort et vous feront rêver à des amours de fin d’été. C’est beau, c’est triste mais jamais totalement noir; l’espoir se cache toujours dans un coin. Fermez-vous les yeux et faites-vous votre propre cinéma; les ambiances sont feutrées, langoureuses et envoûtantes à souhait. Les voix de Babin et Marie-Hélène Montpetit ne se complètent pas toujours parfaitement mais les superbes climats nostalgiques, délicatement teintées d’une touche jazz de Normand Guilbeault réussissent à nous faire oublier ce léger hic. Un très joli disque estival qui s’apprivoise tranquillement. On y revient souvent à cet hôtel qui réchauffe le coeur et panse les plaies de l’âme.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.