La boutique des nouvelles musiques

…autour des 10 ans du distributeur québécois DAME…

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002

Taylor d’un côté, Cage de l’autre et le cœur au milieu, telle pourrait être la devise de Lee Pui Ming. De Cecil Taylor, la pianiste a retenu la force tellurique, I’assise charnelle, la respiration corporelle. Dans Steps, des blocs émergent, se soudent, se séparent, se retrouvent, livrés au hasard de l’instant. De John Cage, Lee Pui Ming a gardé la fluidité, les silences constructeurs, les glissandos et structures mouvantes. Silica évoque une ruche bourdonnante; la sensation qu’ici tout est à sa place, contrôlé par l’on ne sait quel invisible mais immuable mécanisme. Sur Belly Of the Beast, le piano se fait massif, continu, obsessionnel puis se délie peu à peu, tout en gardant la même densité et la méme dureté (on pense plus d’une fois à Christine Wodrascka) d’un bout à l’autre de l’improvisation. Percussions indéfinies (la musicienne utilise son corps comme caisse de résonance), convulsion duelle (trois duos avec Joane Hétu), improvisations tranchantes, tout ici enchante et ravit. Une révélation, ni plus ni moins.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.