La boutique des nouvelles musiques

…autour des 10 ans du distributeur québécois DAME…

Luc Bouquet, ImproJazz, no 88, 1 août 2002

Je suis comme (presque) tout le monde. Quand on me parle de chanson québécoise, je sors ma kalachnikov à la seule évocation des Céline Dion, Isabelle Boulay, Lara Fabian (elle est belge me signale ma petite nièce), Garou et autres écœurantes comédies musicales. Triple beurk donc! Et c’est là où le (presque) tout le monde prend son importance (vous suivez?); chroniqueur de disques dans quelques revues résistantes, il m’arrive de tomber sur quelque galette questionneuse. La compilation Chante (Ambiances Magnétiques 085) m’avait mis la puce à l’oreille (écoutez le magnifique Constellations de Diane Labrosse), L’hôtel du bout de la terre le confirme; la chanson québécoise (Nathalie Derome, Joane Hétu, Jorane, Geneviève Letarte) mérite une écoute attentive. Sensible, nostalgique est la chaude ritournelle de L’hôtel du bout de la terre. Histoire de marins qui se perdent, ode à la pluie et aux bannis, cabaret intimiste, salsa triste, écorchures de l’âme, la musique de L’hôtel du bout de la terre est faite d’écumes et d’épaves, d’âmes sauvages. Quatre instrumentaux mettant en valeur les violons invités de Christine Molnar et Guido Del Fabbro viennent plus encore embellir cette musique du repos offert. A suivre donc.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.