La boutique des nouvelles musiques

Les dernières couvées d’Ambiances Magnétiques

Alain Brunet, La Presse, 14 décembre 1986

Voici les septième et huitième albums du petit label Ambiances Magnétiques. Cette étiquette offre les musiques montréalaises les plus actuelle, les plus iconoclastes, les plus éclatées. Mais aussi des musiques qui n’ont rien de débutantes, encore moins frimeuse, Voici donc le duo Derome-Lussier et Les Poules.

Ce label ne rassemble pas des enfants d’école. Le guitariste René Lussier, le flûtiste-saxophoniste Jean Derome, le guitariste chanteur André Duchesne, le ventiste Robert Lepage, le collectif féminin Wondeur Brass, le pianiste St-Jak. Tous ces artistes produisent eux-mêmes leurs albums et se sont ainsi regroupés autour d’une seule étiquette. Bien entendu, le caractère osé, de leurs approche n’a jamais séduit les compagnie de disques, ce qui les ont obligé de s’organiser eux-mêmes. Il ont ainsi appris à maîtriser toutes les étapes de la confection d’un disque.

Ainsi donc, ce nouveau label allait succéder aux premières tentatives de ce milieu proche de la musique improvisée et de moult influences contemporaines. L’étiquette a déjà huit disques, et quatre autres sont prévus pour un avenir rapproché. Un disque de Robert Lepage solo, un autre Derome-Lussier (volume 2), et puis un nouvel album de Wonder Brass.

Évidemment, Ambiances Magnétiques s’adresse à des publics restreints, pour le moins ouverts aux plus novatrices des tentatives. Des petits auditoires disséminés dans tout l’Occident. «Lorsque tu fais l’addition ça fait beaucoup de monde, de constater Jean Derome. Mais ça pourrait aller mieux à Montréal, j’suis toujours surpris du marché alternatif, si peu branché sur ce qui se passe ici. Nos maniaques de nouvelle musique se font venir du rock polonais ne sachant pas ce qu’on a fait depuis cinq ans!» ajoute-t-il, désireux de s’implanter davantage dans son propre patelin. Nul n est prophète en son pays, dirait-on… Mais parlons plutôt des récents produits d’Ambiances Magnétiques.

Les Poules, heureuse couvée de Wondeur Brass

Les Poules: Diane Labrosse, Joane Hétu et Danielle Roger, toutes trois membres du groupe de femmes-musiciennes Wondeur Brass. Mais n’allez pas imaginer que les Poules sont des GoGos ou des Bangles, version québécoise! Aux antipodes de ces démarches pop…

De plus, les Poules n’empruntent pas le chemin de leur formation d’origine: «Wonder Brass est plus acoustique, s’inscrit dans un processus de big band et de musique très structurée. Mais on ne se sent pas en conflit; on a le goût des Poules, on a le goût de Wonder Brass; il s’agit de deux approches complètement différentes, qui se complètent», de préciser la batteuse (moissonneuse itou) du groupe, Danielle Roger.

Les Poules ont pris un an pour arriver à l’éclosion; elles ont travaillé six mois en atelier puis au printemps dernier, elles ont envahi un studio aux conditions intimes et pas trop dispendieuses. Et le disque des Poules prit sa forme finale cet automne. Une panoplie nuancée de sons hétéroclites s’en dégage. L’harmonie de leurs chants se transforme abruptement en portraits vitrioliques, où la dissonance se mêle pertinemment à la pulsation rythmique. Les instruments y sont libres au maximum, bien que très bien encadrés par leurs canevas. Mais pas question de dégueuler les sons pour avoir l’air avant-gardiste ou radical.

«Le leitmotiv, c’était l’improvisation. Tous les canevas étaient placés, écrits. Sauf qu’on ne voulait pas enregistrer comme dans le cadre de Wonder Brass, avec une pièce immuable», précise Danielle.

Or avec des canevas ouverts, la composition ne se termine pratiquement pas. «On était toujours en processus d’écriture: en atelier, à l’enregistrement, au mixage, on a retravaillé la manière jusqu’à la gravure de l’album! Alors en show, on retravaillera la matière en show. Dans ce cas-ci, on était très libre, même si la liberté était parfois souffrante. Tu sais pas toujours où tu t’en vas, mais tu y vas quand même car le plaisir l’emporte sur l’insécurité.»

On a donc affaire à des musiciennes-conceptrices améliorées. Joane Hétu, la saxophoniste, a fait un très gros pas dans sa recherche de textures, maîtrisant nettement mieux son instrument. Harmoniquement, le travail de Diane Labrosse s’avère aussi fort intéressant; un très beau choix d’accords (parfois tout à fait «normaux»), qui se combine à un judicieux travail de textures. D’autre part, le travail percussif de Danielle Roger s’avère relativement schématique, mais révèle de très intéressantes stratégies qui enrichissent le son d’ensemble. En somme, les améliorations techniques et conceptuelles élèvent ces dames. Mais c’est davantage la qualité de leurs assemblages sonores qui ressort avec Les Contes de l’amère loi (titre de l’album).

Mais c’est davantage la qualité de leurs assemblages sonores qui ressort avec Les Contes de l’amère loi

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.