La boutique des nouvelles musiques

Critique

Bernard Gueffier, Notes, 1 février 1987

Pour ceux qui n’ont pas la mémoire trop courte, Les poules c’est Joane Hétu (sax. synthé, voix), Diane Labrosse (synthés, voix) et Danielle Roger (batterie, synthé, voix), toutes trois également membres de Wondeur Brass (cf NOTES n°23). Ces deux formations participent aux côtés de la "famille" des ex-Conventum au collectif Ambiances Magnétiques, qui regroupe l’essentiel de la scène des musiques nouvelles du Québec.

Les trois Poules se sont livrées ici à une expérience ponctuelle parallèle à Wondeur Brass, en tentant une approche improvisée des structures mécaniques suggérées par l’instrumentation moderne.

Et la tentative est réussie: déroutante, accidentée, bancale à souhait. Toujours pleine de surprises, de méprises, de reprises, de hasards et de conflits, mêlant harmonie et dissonance, contradiction et cohérence, comme toute musique de plénitude. Comme la vie elle-même.

… mêlant harmonie et dissonance, contradiction et cohérence, comme toute musique de plénitude.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.