La boutique des nouvelles musiques

Plus que de l’ambiance

Maurice Lachance, Spirale, 1 mai 1987

Des poules qui pensent

Une autre formation attire l’attention parmi la dizaine de disques produits par Ambiances Magnétiques. Les Poules, qui réunissent trois anciennes musiciennes du groupe Wondeur Brass (Joane Hétu, Diane Labrosse, Danielle Roger), présentent un album remarquable par son audace et son originalité. Les contes de l’amère loi sont une dizaine de pièces anti-séductrices qui provoquent l’auditeur. Aussitôt qu’une mélodie commence à prendre forme, on arrête le mouvement. Aussitôt qu’un travail harmonique devient facile, on ajoute des dissonances. Utilisant synthétiseurs, saxophone, batteries, ces musiciennes font reposer leurs compositions sur la répétition. Les rythmes se veulent lourds et les solos bruyants. Mais on aime, et la raison est simple: ce groupe a une pensée musicale. Entre Laurie Anderson, le free jazz, Kurt Weill, Carla Bley, Les Poules se font entendre et ne laissent pas indifférent.

Une chanson, Au mur la chair, commence avec une cadence soutenue par une batterie électronique et des cymbales, au loin. Quelques notes graves de synthétiseur s’ajoutent et c’est tout. Ce son simple et brut demeurera tel jusqu’à la fin. Mais trois voix filtrées à travers les labyrinthes de la technologie viennent réciter des paroles sur la passion du corps. C’est paradoxal: une plainte qui dit le désir de la promiscuité charnelle au moyen de voix robotisées. Voilà ce que j’appellerais une musique engagée dans une signification qui déborde le cadre de la simple écoute passive. L’auditeur est convié à une réflexion.

Si j’ai choisi de ne parler que de deux disques, c’est qu’ils m’apparaissent comme les plus représentatifs de cette musique que l’on appelle «alternative». Une chose est sûre: la musique veut faire sens. Elle ne se contente pas d’être une suite de notes. On la charge de références sociales, d’un discours politique. Sa structure veut nous donner une image du monde. Un peu à la façon dont les critiques disaient de la musique répétitive de Philip Glass qu’elle représentait le monde rapide et insensé de la vie moderne, les œuvres de ces musiciens montréalais cherchent à traduire une réalité. Ce processus de traduction musicale est également une quête de sens.

… les œuvres de ces musiciens montréalais cherchent à traduire une réalité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.