actuellecd

Robert Marcel Lepage: la polyvalence assuméé. Les clarinettes ont-elle un escalier de secours?

Alain Brunet, La Presse, 13 juin 1998

Quelques semaines plus tôt, Robert Marcel Lepage lançait un disque solo, intitulé Les clarinettes ont-elles un escalier de secours?

«Le titre provient d’un rêve, nous apprend l’interviewé. Ma femme s’est réveillée au milieu de la nuit, m’a réveillé en me posant la question suivante: «Robert, les clarinettes ont-elles un escalier de secours?» Le lendemain, elle ne se souvenait de rien. Son inconscient avait parlé; elle sentait bien que j’étais à la fois passionné et prisonnier de la clarinette.» Et puisque Lepage était à concocter un album sur le concept même de clarinnte, cette question (onirique) tombait pile. «Il s’agissait de remettre dans leur contexte original les influences que j’ai eues au cours de mon apprentissage de l’instrument. Une espèce d’hommage à ces influences. L’idée était de rassembler ça dans des contextes extrémes de musique world.» Le spectre d’influence de disque (superbe au demeurant) est large: tsifteteli («musique grecque de club»), musiques hébraïques, gaita du Maroc, clarinettes triples de Sardaigne, clarinette pour samba, wedding bands du Rajasthan, énumère entre autres le principal intéressé dans ses notes de pochette. L’écoute de ce disque ne nocessite d’ailleurs, aucun escalier de secours.