La boutique des nouvelles musiques

Chèvre, Chevreuil

Mario Cloutier, Le Devoir, 5 septembre 1998

Bon dieu que la zizique improvisée si bien criticotée, on en prendrait tous les jours. Un délice d’inventivité et de vivacité. Et marquons tout de suite d’un idem l’appréciation du Chevreuil des deux chasseurs de sonorités à l’emporte-pièce. Cette fois, les deux complices ajoutent quelques flèches (pieds, daxophone, voix, guimbardes, théière, appeaux et percussions de toutes sortes) à leur arc. Cette quête alimentaire nous amène dans un deuxième voyage de chasse qui va du rap au folklore en passant par tous les croassements et grenouillages imaginables et possiblement exprimés par la dextérité des deux instrumentistes.

Certes, l’animalerie du duo québécois n’est pas exempte de quelques redondances. Mais, en improvisation, nul n’est tenu à l’impossible. Avouons qu’il est difficile de faire mieux dans le genre «endroit-où-nul-homo-sapiens-ne-s’est-aventuré-auparavant».

L’improvisation comme une vague incessante de joie, dit le proverbe magnétique. Au contraire de la Cherry Blossom et de la langue avide de la publicité, ce plaisir est ici facilement partagé par nos oreilles ébahies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.