La boutique des nouvelles musiques

Michel-F. Côté et Bruire: hommage aux musiciens de la préhistoire

Jean-Christophe Laurence, La Presse, 11 décembre 1997

Après un automne-plutôt chargé à écrire pour le théâtre (Combat de nègre et de chiens au TNM) et la danse (Giselle avec la troupe Brouhaha Danse) le compositeur/percussioniste Michel-F. Côté revient sur scène au Théâtre de La Chapelle avec ses groupes Bruire et Klaxon Gueule. Nouveaux concerts, nouveaux concepts: I’artiste explique le pourquoi et le comment de ce double projet où il sera question de peintures rupestres et de free rock «électrolyptique».

On le rencontre dans un café du plateau, aussi jasant que le titre du premier disque de Klaxon Gueule, Bavards qui doit justement être lancé ce soir. Fébrile, Michel F Côté en a beaucoup à raconter. Bruire, Klaxon Gueule, Klaxon Gueule, Bruire: malgré leur caractère très distinct, les deux projets, qui seront présentés conjointement jusqu’à samedi, finissent par s’entremêler dans la bouche du musicien, qui passe de l’un à l’autre comme on passe du coq à l’âne.

On est évidemment curieux d’en savoir plus sur ces Chants rupestres, qui s’annoncent comme le plat de résistance de la soirée. Avec Bruire, Côté s’inspirera de l’art paléolithique, des fameuses fresques des cavernes, pour créer un univers musical au registre grave à la fois improvisé et organisé. Outre Côté aux percussions, Jean Derome sera au sax Baryton, Normand Guilbault à la contrebasse et Martin Tétrault reproduira l’effet du stylet avec les aiguilles de ses vieux pick-up.

«Il y a eu beaucoup d’études sur la peinture des premiers hommes», observe Côté, qui est anthropologue de formation. «C’est, dit-il, un puzzle fascinant à décoder… Mais, sur la musique on ne sait rien. On imagine quelque chose de trés rythmique, de très mimétique aussi. Les musiciens de la préhistoire devaient sûrement imiter le bruit du tonnerre ou le son d’une pluie forte…

«L’idée dans ce spectacle n’est pas d’arriver déguisés en Flinstones avec des perruques et des fausses roches! ajoute-t il en riant. C’est de rendre hommage à l’imaginaire des premiers musiciens, aux hommes et aux femmes qui ont un jour commencé à faire de la musique, en interprétant les peintures des cavernes comme s’il s’agissait de partitions ouvertes…»

Pour recrééer I’espace rituel de la caverne, Bruire n’a rien laissé au hasard. Le groupe jouera dans un théâtre sans gradins, avec public au niveau du sol, sous des éclairages faibles, sombres comme celui d’une grotte. «Je veux que les gens fassent partie du show, lance Côté. Que les sons leur rentrent dedans… Sans intermédiaire.» En première partie, dans un esprit nettement plus «free music et alliage électrolyptique» (dixit le communiqué de presse!), Klaxon Gueule balancera quelques «intempéries sonores-» tirées de son premier disque. Le batteur parle d’un show «beaucoup plus rock… instinctif… qui ne part de rien… sans idée poétique à priori… donné dans l’esprit du power trio… très différent de Bruire… ’, Avec Bernard Falaise à la guitare électrique et Alexandre St-Onge à la basse électrique, on risque en effet de flyer à plusieurs années-lumière de l’âge paléolithique.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.