actuellecd

Bonne Ambiance

Michael D Hogan, Ici Montréal, 13 août 1998

Peu de musiciens de Montréal travaillent autant que le batteur Pierre Tanguay. Il ne compte plus ses collaborations au sein de formations de jazz et de musique actuelle. Bien qu’il ne soit pas membre du collectif Ambiances magnétiques, c’est lui que l’on retrouve le plus souvent sur les disques de l’étiquette. Parmi les huit parutions récentes de la compagnie, il se produit en duo avec le tromboniste Tom Walsh, (sur Midi tapant), comme collaborateur sur le projet de Pierre Cartier (Chansons de Douve), également en duo avec le guitariste René Lussier sur La vie qui bat/chevreuil. Chaque album, très différent, est uni par l’amitié que se portent les musiciens et par un acharnement à toujours chercher de nouvelles voies à leur créativité.

«Dans les formations en duo, explique Tanguay, nous essayons de marier des matières sonores qui ne fonctionnent pas normalement, mais selon des méthodes différentes en fonction du musicien avec qui l’on travaille. Avec Tom Walsh, on peaufine Midi tapant depuis qu’on se connaît (88-89). Chacun travaille énormément de son côté à ramasser des éléments, puis on se retrouve en studio et on se met lentement à rassembler les pièces. C’est comme si, avec différents casse-tête, on essayait d’en faire un nouveau. Avec Lussier, c’est le contraire. Nous essayons aussi de transgresser les règles mais là, on entre directement en studio pour improviser. Parfois on se dit un mot avant une pièce, parfois rien du tout. On réécoute ensuite et on choisit les pièces qui fonctionnent bien.»

Il paraît en effet difficile de trouver deux albums plus différents. Avec Midi tapant, on a de superbes ambiances, en couches multiples. On croirait par moments entendre de l’électroacoustique, mais le résultat est obtenu acoustiquement et presque en direct. Les deux musiciens ont développé avec le temps une habileté à manipuler simultanément de multiples instruments. En plus de son trombone, Walsh utilise un vieil échantillonneur auquel il a ajouté du velcro sur les touches, pour pouvoir multiplier les sons au besoin. Sur Chevreuil, le son est brut. Complicité et amitié sont les mots qui viennent d’abord à l’esprit. «Acharnement et persévérance aussi, ajoute Tanguay. Notre travail n’est pas seulement ludique. Nous travaillons ensemble depuis des années et chacun des musiciens d’Ambiances magnétiques écoute les autres disques et fait des commentaires, que nous recevons avec confiance. Même les pochettes sont discutées en groupe. Robert Marcel Lepage est venu diriger une session de Chevreuil et nous a indiqué des directions dont on n’aurait pas soupçonné l’existence sans lui. Dans le groupe Les Patenteux du Québec, je fais faire à Lussier et à Jean Derome ce qu’ils n’auralent jamais pensé faire. Chacun change et repousse ses limites au contact des autres. C’est ce qui fait la qualité de nos productions par rapport à ce que l’on entend à la radio. C’est devenu plus intéressant d’aller à l’épicerie que d’écouter la radio. Au moins, là, il y a du choix. Je ne veux pas dire qu’il n’y a que de la merde sur les ondes. La Bamba, c’est une bonne toune mais répétée 100 fois, ça lève le cœur.»