La boutique des nouvelles musiques
Grande vente du Temps des Fêtes!50%30%15% de rabais Cliquez pour voir

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 37, 1 septembre 1998

En décidant de réaliser la musique d’un film documentaire sur le Rwanda, René Lussier participe a un devoir de témoignage, un devoir de mémoire. La trame en est bien sûr fournie par le film (disponible en video ou en 16mm). En ce sens, il s’agit ici non pas d’une œuvre d’un guitariste qui chercherait à traduire son sentiment, sa propre émotion face à ce genocide: la guitare, d’ailleurs bien présente, est surtout utilisée à créer des sons/bruits plus ou moins discrets, dans une trame d’ensemble où dominent les cordes, les sonorités étirées et plaintives propres à suggérer l’intensité dramatique et le caractère tragique, voire inique «d’un génocide annoncé». C’est donc davantage l’œuvre d’un compositeur, associe à un reporter sonore qui n’est autre que Claude Schryer, capteur et metteur en scène de sons évocateurs: crépitements de feu, ruissellement d’eau, témoignage de rescapés, quelques chants africains, une cérémonie religieuse…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.