actuellecd

Avec tambours et trompettes

L’Express, 10 novembre 1998

Pour une raison ou une autre, peut être à cause de mauvais souvenirs de ces fanfares d’école, il se trouve encore des tas de gens pour reléguer les cuivres au rang des instruments indigestes. Ils acceptent volontiers le saxo, la trompette du jazz, qui jouent sur un autre registre, tirent d’autres cordes sensibles. Mais ces cuivres tonitruants, encore plus menaçants lorsqu’ils se retrouvent en bande - en brass band, pour être précis - très peu pour eux.

Pourtant, il suffit de jeter un coup d’oeil du côté de la tradition italienne de la banda, ces fanfares de village qui ont longtemps servi de courroie de transmission entre le grand répertoire (l’opéra, surtout) et les petites gens, de s’ouvrir au charme vieillot des orchestres de l’armée du salut ou à l’irrésistible pulsion des marching bands de la Nouvelle-Orléans (dont le Dirty Dozen Brass Band serait l’incarnation moderne) pour comprendre qu’il n’y a rien de monolithique là-dedans.

Il y a deux ans, la bande-son de Chacun cherche son chat nous donnait l’occasion de découvrir Ceux Qui-Marchent-Debout, fébrile fanfare française qui véhiculait une sorte de folie populaire (dans le sens populo), mais surtout, une façon d’enrichir la tradition néo-orléanaise susmentionnée en l’ouvrant à d’autres influences.

Aujourd’hui, c’est au tour de L’Orkestre des Pas Pcrdus de reprendre le flambeau. Fondé par le tromboniste Claude St-Jean, ce sextuor québécois nous arrive avec Maison douce maison (Amblances Magnétiques Etcetera AM 060 /Distribution SRI), un premier album qui s’éloigne lui aussi des chemins trop balisés pour se perdre dans les ruelles du funk à la James Brown (le premier à avoir exploité le potentiel purement rythmique des cuivres), pour s’approprier les fébriles syncopations du ska et, sur l’étourdissant Spirale (où le saxophoniste Roberto Murray s’en donne à cæur joie), le délire onirique de Nino Rota, le compositeur-fétiche de Fellini.

Parfaitement équilibré entre l’écriture et l’improvisation (ce qui permet à chaque musicien de baliser son propre espace de liberté à l’intérieur d’un ensemble cohérent), Maison douce maison est le genre d’aventure à la fois ambitieuse et accessible qui risque fort de réconcilier les réfractaires précités aux plaisirs tonitruants de la fanfare - avec ou sans les majorettes.