actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 74, 1 avril 2001

Souffle dans Joue Free (merci Philippe C. ) l’esprit de Jimmy. Chez Lepage les beaux égarements, les vrilles en suraigu, la plainte klezmer, les notes-fusées qui activent l’improvisation. Chez Falaise les imprévus nocturnes; la guitare saturée qui cherche, le côté sombre. Chez Guilbeault l’architecture de l’invisible; les raclements d’archets et les espaces constructeurs. On l’aura compris, faisant référence à l’indépassable trio Giuffre - Swallow - Bley, Joue Free est l’œuvre de trois musiciens (qui comme leur inspirateur) ne sont pas prêts à se laisser enfermer dans un quelconque carcan stylistique. Cette liberté d’agir sied merveilleusement à l’univers de Jimmy; «spleen particulier», «jazz de chambre», «folk blues» annonce la pochette, on pourrait tout aussi bien y ajouter «inquiétude de chambre» ou «convulsion sereine» que l’on n’aurait qu’une bien mince idée de la musique ici produite. Trois improvisations collectives et trois compositions du clarinettiste (dont deux pour le cinéma) questionnent sur une musique à l’espacement et au surgissement apaisé. Fait ici sensation, une liberté de jeu inouïe. Tutoyant la marge, laissant à chaque instrumentiste le choix de la place à saisir, à suivre ou à transgresser, Joue Free crie sa liberté. Cette liberté si bien exaltée hier par les Ornette, Giuffre, Carter, Bradford et si bien reconduite aujourd’hui par les Falaise, Baars, Guilbeault, Lepage, Houle (dont on attend avec impatience l’hommage à Carter)… cette liberté qui fait cruellement défaut à l’état texan. Ainsi en va-t-il du mystère texan.

Tutoyant la marge, laissant à chaque instrumentiste le choix de la place à saisir, à suivre ou à transgresser, Joue Free crie sa liberté.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.