La boutique des nouvelles musiques

Critique

Marie-Pierre Bionniol, Guitar Part, 1 mars 2000

Martin Tétreault, Canadien timide, préfere profiter de sa collaboration avec Otomo Yoshihide, pour scratcher plus que de raison tandis que ne viennent le pertuber que quelgues rares citations. Tétreault, on a pu le voir sur scène, a tendance a jouer au tennis avec des bras de platines, le nez collé au rond central. Cette vision différente de la musique, entre Dee Nasty et Marcel Duchamp, signe ici son plus grand méfait: celui d’envisager autrement l’art de composition. A découvrir, les oreilles curieuses.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.