La boutique des nouvelles musiques

Critique

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 6:8, 1 mai 2001

Flûtiste de formation, Jean Derome est également connu comme saxophoniste (alto surtout, quoiqu’il se sert aussi du baryton et du soprano) et bricoleur sonore tous azimuts, comme l’attestent ses multiples bidules trafiqués (appeaux, porte-voix…). Porte-étandard du mouvement des musiques actuelles au Québec, ce musicien s’est constitué un langage personnel qui recoupe ses multiples intérêts (rock, bruitisme, contemporain et… jazz). Musicien ludique par ailleurs, il aime faire éclater les choses, d’autant plus lorsqu’il se retrouve sur scène avec ses proches collaborateurs, appartenant, comme lui, au collectif Ambiances Magnétiques. De ces derniers, le batteur-percussionmste Pierre Tanguay est un acolyte de longue date et il a appuyé Derome dans tous les contextes possibles, de l’orchestre au duo, dont celui-ci. À voir le titre de cette collaboration discographique, on sait d’emblée que les deux complices se lancent dans une partie de plaisir; qui plus est, le public présent à ce spectacle live, tenu lors des Soirées de musique fraîche à Québec en janvier 1997, les accueille avec des applaudissement nourris après chaque numéro. En une heure, nos deux lascars enfilent six pièces (la première et la dernière étant des impros libres, les autres, signées par l’un ou l’autre, et un thème de Monk en sus, Ba-Lue Bolivar Ba-Lues-Are). Comme il arrive souvent dans ces joutes musicales, la part du spectacle est aussi sinon plus importante (par moments) que le discours musical.

… on sait d’emblée que les deux complices se lancent dans une partie de plaisir…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.