La boutique des nouvelles musiques

La Fanfare

Sylvain Cormier, Le Devoir, 15 mai 1999

À la parade, je n’ai jamais été. Ni Saint-Jean, ni Saint-Patrick, ni rallye politique. Pas plus pour regarder passer la parade sur les épaules de papa que pour parader moi-même. Jamais soufflé dans une trompette. Jamais tenu la cadence au tambour dans l’harmonie de la polyvalente secondaire Henri-Bourassa, encore moins un bâton de majorette. C’est dire à quelle distance je me suis tenu des fanfares et leur tintamarre et leurs notes à côté de la note. C’est dire combien je suis surpris d’être tombé amoureux fou de ce premier disque de la Fanfare Pourtour.

Que c’est beau, une fanfare, quand c’est joué avec intelligence et sensibilité. Que c’est fou, une fanfare d’esprits libres. Que c’est plein de toutes sortes de choses à la fois, une fanfare sans frontières: il y a dans celle-là la frénésie des orchestres klezmer, les musiques de Nino Rota pour Fellini, I’improvisation collective des jazzbands de La Nouvelle-Orléans, les rythmes de musiques d’un peu partout dans le monde.

C’est joué par onze copains-copines de l’«idiot professionnel» François Gourd, habitués du regretté Cabaret de l’incantation à la pleine lune, anciens de L’Enfant Fort, du Pouet Pouet Band et du Montréal Transport Limité, infatigables et irrépressibles saltimbanques du Plateau, qui ont appris à jouer en jouant ensemble pour le plaisir.

Qu’il s’agisse des compositions maison de Bernard Poirier et Luc Proulx ou des versions du Russian Dance de Tom Waits et du Vaisseau d’or de René Lussier, tout là-dessus exalte l’émerveillement, la beauté, la liberté, mais sans nier la tristesse et la cruauté. Pour tout dire, la Fanfare Pourpour joue pour tout le monde. Même moi. Foi d’ancien exclu de la parade.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.