La boutique des nouvelles musiques

… suite d’une tradition

Alain Brunet, La Presse, 1 mai 1999

Une tribu du Plateau Mont-Royal s’était donné rendez-vous au Centre-Sud, coin Ontario et Champlain. Comme si le Quai des brumes s’était transformé en… Lion d’or. Lundi soir, une fanfare y klaxonnait des airs de vieux cirque, on y imaginait des roulottes de saltimbanques sillonnant les chemins de Hongrie en direction de… Saint-Fortunat.

Là où est née la fanfare Pourpour, qui vient de lancer l’album Tout le monde (étiquette DAME) à sa troisième année d’existence.

Arrangements un tantinet déglingués, tantôt tziganes, tantôt germaniques (époque république de Weimar), tantôt italiens. Guitares acoustiques, accordéon, violon, cuivres, anches, cris d’allégresse et gracieuses steppettes.

Pour bien saisir ce qui s’est passé au Lion d’or lundi soir, il faut remonter le temps. Un quart de siècle, en fait. En 1975,l’Enfant fort fut l’une des premières manifestations sonores de cette tribu du Plateau. A l’époque, la fanfare était devenue un véhicule important de la contre-culture. Réappropriation de la rue, ouverture au répertoire populaire mais aussi à l’innovation orchestrale. En Europe, plusieurs fanfares alternatives avaient déjà mis en œuvre différents alliages aiants de modernité et de progressisme. L’Enfant fort avait importé la tendance.

Fin des années soixante-dix, le Pouet Pouet Band reprit le flambeau, et ce avec beaucoup de vigueur. On se plaisait alors à comparer la facture de cet orchestre ambulant aux musiques de Kurt Weill composées pour Brecht, à celles de Nino Rota imaginées pour Fellini.

«Du Pouet à aujourd’hui, il y a tout un espace-temps. Et l’on ne voulait surtout pas retourner en arrière. La musique de Pourpour ne se fait pas de la même façon. Dans le plaisir, bien sûr, mais pas de la même façon» amorce Luc Proulx, qui écarte d’emblée toute tentation nostalgique. Il fut membre à part entière du Pouet Pouet Band bien avant d’amorcer une brillante carrière de comédien (Carbone 14, Bouscotte, etc. ), il renoue avec la musique de fanfare pour des motifs essentiellement ludiques.

«On n’a pas fait ça pour faire renaître une fanfare, mais bien pour faire de la musique. Par un bel été, on s’est dit que ça serait bien de monter une fanfare pour les gens de Saint-Fortunat, dans les Bois-Francs —où j’ai une petite ferme. On a alors joué quatre pièces à l’hôtel de la place, puis on s’est dit que ce serait bien de continuer à répéter. Parce qu’on avait un prétexte pour se faire à souper, boire un verre, parce qu’on avait du plaisir.»

Au tournant des années quatre-vingt, Bernard Poirier était aussi du Pouet Pouet Band. Dans la fanfare Pourpour, il est devenu le principal compositeur. Luc Proulx dit aussi composer, mais Poirier achève le travail d’arrangements.

«Pour ce qui est de l’apprentissage du répertoire, ça va de plus en plus vite. Pendant la première année, on était restés pris avec nos quatre premières chansons!», indique Bernard Poirier, suscitant l’hilarité auprès de ses collègues.

«A l’époque du Pouet, reprend-il, peu de gens savaient lire la musique, ce qui n’est plus le cas, bien que plusieurs membres de Pourpour ne vivent pas exclusivement de la musique.»

La fanfare Pourpour propose un métissage traversé par les musiques du monde. «Toutes sortes de cultures qu’on a entendues et absorbées, une fête intérieure, des sons à la fois tristes et gais. On s~est aussi permis Russian Dance, une toune de Tom Waits, on a même composé un country», explique Poirier. Présente à cette interview, la chanteuse et accordéoniste Lou Babin a toujours brillé au sein de cette tribu du Plateau. Elle sait, par ailleurs, que l’avant-garde de la culture montréalaise est beaucoup plus fragmentée qu’elle ne l’était il y a 20 ans.

«Nemo, conte-t-elle, était dans mon ventre à l’époque où je jouais dans le Pouet. Maintenant il est trompettiste de formnation, il joue avec nous dans la fanfare. Je me sens bien par rapport à cette continuité. En arts visuels, en cinéma ou en musique actuelle, on forme encore une communauté active. Une communauté peut-être moins flamboyante, mais toujours présente.

«Moi, je pense qu’on va jouer encore longtemps. Tant qu’on va avoir du fun à partager, on va jouer. Le nom de Pourpour, on va le faire.»

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.