La boutique des nouvelles musiques

Le vrai vent de l’été

Pierre Boulet, Le Soleil, 22 mai 1999

De la fanfare? Y va pas bien, le bonhomme? Hop là, on se calme! S’il vous plait, oubliez les corps de tambours et clairons qui font branler les glands de leurs bottes de cowboys sur l’asphalte glacé des carnavals. Pensez plutôt à l’été. Aux vents chauds. Aux musiques d’un film dont vous seriez l’acteur. À des climats remplis de continents.

Essayez, pendant une petite minute, d’imaginer une musique qui serait à la fois complètement champêtre et tout à fait urbaine. Un tantinet racoleuse, mais parfaitement intelligente. Une musique qui voudrait que tout le monde (mais là, vraiment tout le monde) soit joyeux, sinon heureux, pendant 56 minutes et neuf secondes. Eh bien, ça porte un nom: la Fanfare PourPour. Et ça donne un disque: … tout le monde. Fanfare PourPour… tout le monde. Un délice inattendu. Le vrai vent de l’été.

Je vous parlais de climats. Ne niaisons pas avec la puck. Essayez d’imaginer. Un roulement de caisse claire, et c’est parti. Des échos de Nino Rota et de Kurt Weill. Un prétexte pour amener ce petit son tout à fait montréalais, actuel et irremplaçable, qui fait la vraie beauté du Festival de jazz. Un mélange de vents d’Est parfumés de klezmer, de fête foraine, d’atmosphères à la Radio Days de Woody Allen, de Nouvelle-Orléans et de musique de char qu’on pousse «au boutte», en traversant le rang de gravelle d’une verte campagne.

Un son. Extrêmement confortable. Admission génélale. Et pourtant saisissant et dérangeant pour peu qu’on s’arrête à l’originalité des compositions, à la nervosité subtile des arrangements, à la spontanéité de l’invention. Ça sent le bitume et ça souffle des fleurs.

Une fanfare merveilleuse, une petite messe, qui porte l’empreinte de Bernard Poirier, réalisateur et directeur musical (clarinette, clarinette basse, harmonica, guitare). Et qui ramasse ce qu’il y a de plus hot en musique intemporelle à Montréal: Lou Babin (accordéon, voix), Némo Vemba (trompette), Guido Del Fabbro (violon, alto),,Jaco Duguay et Benoît Fauteux (caisse claire et percussions), Stéphane Ménard (saxos), Luc Proulx (guitare), Suzanne Babin (clarinette), (Christine Lajeunesse (euphonium). Et des invités de marque, qui sont pourtant de la famille depuis toujours:Jean Derome (saxo alto), Claude Vendette (saxo ténor), Normand (G uilbeault (contrebasse) et René Lussier (guitare acoustique et composition).

Des moments forts?

La poussière du rang 4: Ça commence FarWest, à l’harmonica les cuivres font rouler la basse, l’accordéon et la clarinette vous déménagent chez les Juifs de l’Est et puis, d’un coup, le violon vous sort quelque chose qui ressemble à un reel. Un choeur vous achèveça à l’unisson. Insaisissable.

Le vaisseau d’or (mon hit), composé et interprété par René Lussier à la guitare acoustique. Avec la voix de Lou Babin qui copule littéralement sur une trompette wa wa des années 20. De la musique venue de la peau. Un frisson épouvantable!

Vous l’entendez, le son? Pas encore? Placez-le quelque part entre la valse, le tango, Tom Waits, un côté bon enfant tordu el la dernière bouffée qu’on tire, au lever du soleil, à la fin d’une nuit d’été. Ajoutez-y pigue-nique en famille ou un party de mariage en plein air… Ça, c’est de la fanfare. PourPour… tout le monde!

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.